Une bonne classe prépa, c'est quoi ?

Une bonne classe prépa, c'est quoi ?

  1. Suivi pédagogique prolongeant le lycée.
    La « prépa scientifique » correspond à la principale voie d’accès aux grandes écoles scientifiques, spécificité française pour former des ingénieurs, chercheurs ou enseignants de haute qualité. Elle constitue un prolongement du lycée (classes au sein même des lycées) selon un même suivi pédagogique.
  2. Formation pluridisciplinaire de qualité.
    Bien que chaque prépa ait sa spécificité, la pluridisciplinarité est une caractéristique commune à toutes : disciplines scientifiques (maths, physique, chimie, sciences industrielles, informatique, biologie-géologie selon filière) et disciplines littéraires (français, langues vivantes) coexistent pour assurer une formation complète.
  3. Un trajet de deux (ou trois) ans, avec équivalence universitaire.
    La prépa se déroule en deux (ou trois) années après un baccalauréat S.
    - L’étudiant entre en 1re année (ou sup) ; il est surnommé « bizuth » bien que le bizutage soit désormais strictement interdit. Cette 1re année est une année de formation et ne peut se redoubler (sauf cas exceptionnel de problème médical). La grande majorité des étudiants sont admis en 2e année sur avis du conseil de classe, et un très petit nombre est réorienté.
    - En 2e année (ou spé), l’étudiant, désormais surnommé « 3/2 », accentue sa formation et prépare les concours d’entrée des grandes écoles. Selon les résultats obtenus, il « intègre » une grande école ou préfère retenter sa chance l’année suivante (il sera alors « 5/2 »), sous couvert de l’accord du conseil de classe.

    Chaque année de prépa permet également d’acquérir des crédits ECTS (European Crédits Transfer System). Cela permet d’obtenir des équivalences ou des passerelles vers le système universitaire européen, de type LMD (L pour licence ou bac + 3, M pour master ou bac + 5, D pour doctorat ou bac + 7). L’expérience de travail acquise en prépa constitue toujours un atout important pour la poursuite d’études universitaires.
  4. Optimisation du potentiel de chacun.
    La « prépa » est un formidable moyen d’optimiser ses capacités : l’étudiant y trouve méthodologie de travail, performance de l’encadrement, accompagnement régulier via des devoirs surveillés et des interrogations orales (khôlles), ambiance rigoureuse et travail d’équipe qui permettent de développer au mieux son potentiel (travail rigoureux, concentration et réflexion, analyse et esprit de synthèse, rapidité et stratégie de résolution).
  5. Des études peu onéreuses et un taux de réussite aux grandes écoles très important.
    La « prépa » constitue une voie sûre et peu onéreuse : les cours des lycées publics sont gratuits, les autres frais sont donc réduits (il n’est pas nécessaire comme dans d’autres filières de compléter son enseignement par des « écuries » ou officines privées de préparation). En outre, dans le domaine scientifique, le nombre de places aux grandes écoles permet des forts taux de réussite, de l’ordre de 70 à 80 % selon les filières.
  6. L’assurance d’un emploi en sortie.
    La « prépa » constitue un excellent tremplin vers la vie professionnelle : dans un contexte actuel difficile pour l’emploi des jeunes, le passage par une prépa puis une grande école (donc une réussite par concours) assure un avantage décisif pour la recherche du premier emploi. Les dernières statistiques font état d’un premier emploi en moins de quatre mois de recherche pour la grande majorité des diplômés ingénieurs.
En continuant à naviguer, vous autorisez Lavoisier à déposer des cookies à des fins de mesure d'audience. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, rendez-vous sur notre page Confidentialité/Sécurité. X